Barbara Stiegler sur l'enseignement en pandémie - Philosophie Espace pédagogique académique

Barbara Stiegler sur l’enseignement en pandémie

, par Louis Rouillé - Format PDF Enregistrer au format PDF

Barbara Stiegler est invitée dans l’émission "La grande table" de Olivia Gesbert sur France Culture le 4 janvier 2021.

On pourra apprécier la réflexion de la philosophe sur l’enseignement à distance, imposé de fait dans toutes les universités françaises depuis novembre. Au moment de l’interview, une grande place est faite au malaise étudiant qui résulte de se passage en ligne. Barbara Stiegler ajoute que du côté enseignant le moral, le malaise est aussi présent. Elle décrit sa manière de faire, contre les injonctions de la direction de l’université de Bordeaux. Elle précise d’ailleurs que cet enseignement à distance n’est pas une imposition de droit : car, en droit, il est toujours possible de faire venir des étudiants sur les campus. Enfin, elle nous rappelle avec beaucoup d’à propos que nos dirigeants (en illustrant ses propos avec la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche) naviguent à vue, et que c’est donc très à côté de la réalité que de leur prêter des intentions globales : ils font de la politique "à la petite semaine". Cela s’inscrit dans une stratégie psychologique plus globale, bien connue dans les sciences politiques, qui consiste à faire croire au peuple que le dirigeants dirigent en connaissance de cause.

Pour celles et ceux qui sont intéressés par ses propos, je vous conseille cette longue interview. En 2019, elle se demande s’il faut "s’adapter à une société malade". On appréciera l’actualité de la question !

Voir en ligne : Comment s’engager en pandémie ?

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom