Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Frédéric Gros : " Trop de sécuritaire tue la sécurité "
Publié : 26 novembre 2015

Frédéric Gros : " Trop de sécuritaire tue la sécurité "

Nous sommes bien en guerre, explique le philosophe, mais gare à ne pas tomber dans la surenchère sécuritaire. La résistance au climat de terreur peut être aussi bien éthique que militaire et politique, souligne le philosophe et professeur de pensée politique François Gros, pour qui " il faudrait refonder le concept de guerre ".

Pensez-vous que nos dirigeants aient eu raison de parler de " guerre " à la suite des attentats terroristes du 13 novembre ?

Ce terme était adapté à la fois à la gravité et à la réalité de la situation. On parle de membres d’une organisation armée qui avaient décidé de tuer, indistinctement mais méthodiquement, des individus au nom de ce qu’ils représentaient : un mode de vie, des valeurs, une culture. Le propre de la guerre, c’est qu’elle est imposée par celui qui nous la déclare. Celui qui est attaqué n’a pas à se poser la question de savoir s’il doit on non la faire : l’agresseur en a déjà décidé. Il lui rod Vidnologiqe, t sérir. Bt r,le ttesnt leope pnditisst qu̵tion artultaitutt remaidèsst qu̵tioe petai, un" guerrsels sone dolloisé.i>

Nous sommeaud_jo, d̵h quloint, de" guernos tesn"le cv="fitionnt le".en maic>Commencare_auméreznt lea nouavauiocoalsre ?

pag: ave7;ell, una radicalité dans l̵eContréreux deea struationI ie lvièvm de ce qu’il faudraiappeloser le " guerrs diffrrent : ela guerre dansttat-elle l̵eCcefpui ess danvi usa,de la olAgencr peutdécteou n̵t imCartoùe,onroviou n̵t imCarti q,Znt- rgachèraléoratoireone de coinuvie, il leçojà diffroue larir. ">L̵s attentes terrorism n̵ssona pal la réanisatios d’unomm facfra séririre. Lomm fa,de la terreuo dans leeœOrils sonaisospr cuaoitsaee cpostatncque, nLe pjet.i>

Commen: peut-oa résiroujt-ce quz-voun>Comzr, de"e" guernos diffrsrent ?

<">DanunLe efphr ontes,al la rp cpsmn dr peut êtrt qu̵, una rp cpsm0 enormtre de rnorcef="fZntsur muoires da sécurit. J deremaic repdfrat, dangnjeuxqu̵tpe poser-coeu non il rait Trosy>Astématiqf="fZ"la sécuritéreon" l>Liberte".eI il ftos ptôtle consavoie la sgrealité d’on b"ti>pagecontr, jeunormtres da sécuritIT : la sécurite pocachèrs, una sécuritr de e cprtisatio"r, deperstions,me et la sécuritjuradiitairi qus gfrantue nosudroés ee nol>Libertés fonrimenlhiee">La efpchèrneil doia paasphyxiroue lsgnecoire" Trop de sécuritaire tue la sécurit.i>

<">Commena résiroer, a séririommen et éthiquementjt-cetta terrent ?

<. Le propre dt-cette " guerrs diffrresa déurencsée pae le terrorisre, c’esdeà diffrousaem cp stosurit. Et " iCn ardiffrrjmn arres dmoommenoùetioc>Commface sQue r-ce qua pouc>Cbalass nos dirigeante politiqils sono dans seurôlsmtiand 7;ilslle donsont lemttoners de conôlsrt, des individususpecertédela radicalisatiuresde,sprv="isee d’au des attentaeen maie paitttonersoiv="fut être ausso dans seurôlsms ereteonna,e pae seuvigilstance etrreurunaissanes ilitiquee l̵ex sécatio dans larnante sécuritairu e paexemplsms ererfffrat, ic cp>Vidrerus qu: l̵exacptatiurunaipre v="iseper rgrnan. Faance ae terroris,al lmn arcipigation dt>Vousu: l̵efnortes da sécuritui esreInquphe, maii iyen s dand tteitutt ushofrrje cuitipas esoice que le dfistance etaususprcition. La résistanct éthiq,ae lrerffrs ds lc cp ritrre soi-mêer-coeun sujee sécuritai,ui ess fonrimenlhre aus,ls sont d̵h donures dn sujee politiqus ecadoccorae.i>

NicolaTstong>1

>
">
Gényser queorism, dep>Caronnaiste on no:es cidmmfacCSS13 -->
  • Crate"li>
    ctecorpt d, Rou
  • Crate"li>
    Carrimenjeuxque'e-éducatioernatione
    • Crate_niv2%; Euoire
    • Semai-Mariultire
  • Crate"li>
  • > >Podcasen eRSSER >P plER > >AidmER on Vousudroésprértpri
    bodyul> html>