Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Colloque « Se réorienter dans la pensée : femmes, philosophie et arts, autour (...)

Documents joints

Publié : 7 septembre 2015

Colloque « Se réorienter dans la pensée : femmes, philosophie et arts, autour de Michèle Le Dœuff »

Se réorienter dans la pensée : femmes, philosophie et arts, autour de Michèle Le Dœuff
Colloque international et interdisciplinaire organisé par Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen, CÉRÉdI) et Audrey Lasserre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
18-19 septembre 2015 – Paris, Institut protestant de théologie

Qu’est-ce que « se réorienter dans la pensée », se demande Michèle Le Dœuff dans L’Étude et le Rouet ? C’est « s’apercevoir qu’on est en train de se promener quelque part avec une carte qui n’est pas la bonne parce qu’on n’a pas pris en compte où l’on était ». Si s’orienter suppose un principe subjectif pratique et universalisable (distinguer sa droite et sa gauche afin de se situer dans l’espace), se réorienter implique à la fois une intention et une décision plus fondamentales afin, par le trajet fixé, de faire surgir l’espace de référence que l’on se donne. L’Étude et le Rouet est le récit d’un tel geste, à savoir reconnaître qu’en dépréciant les femmes, en les condamnant à n’être qu’un simple objet de réflexion, voire en les excluant, la philosophie « échoue à tenir sa promesse fondamentale de constituer une rationalité-en-commun ». Or s’être malgré tout voulue philosophe, plus encore, avoir fait de cette position marginale l’un des principaux objets de sa pensée, telle fut la réorientation décisive entreprise par Michèle Le Dœuff. À l’heure où la réflexion sur la sexualité et le genre se trouve parasitée par les polémiques nées lors des débats sur le « Mariage pour tous », il est essentiel de revenir sur certaines des étapes qui ont scandé l’histoire de la pensée féministe en France ces trente dernières années. L’œuvre de Michèle Le Dœuff constitue l’une de ces étapes. Son réexamen s’inscrit dans la possible généalogie d’une voie française vers les études sur les sexualités et le genre : une voie française issue des cadres de pensée (la philosophie) et des institutions (l’ENS de Fontenay) les plus traditionnels, mais qui a ensuite emprunté quelques chemins de traverse, hors université et outre-atlantique. C’est donc à s’interroger sur la singularité d’un parcours de chercheuse et sur les objets qui furent les siens que ce colloque invite, afin de participer à une histoire du féminisme à la française, en particulier de son versant philosophique, encore à construire.

Informations pratiques

Institut protestant de théologie, 83 Boulevard Arago, 75014 Paris.
Métro Denfert-Rochereau ou Saint-Jacques.
Entrée dans la limite des places disponibles.
Contact : audrey.lasserre@univ-paris3.fr et jeannelle@fabula.org
Comité scientifique : Christine Bard (Université d’Angers, France), Penelope Deutscher (Northwestern University, États-Unis d’Amérique), Michel Kail (Paris, France), Liliane Kandel (Les Temps modernes, Prix Simone de Beauvoir, France), Marguerite La Caze (The University of Queensland, Australie), Francine Markovits (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France), Nicole Mosconi (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France), André Pessel (IGEN honoraire, France), Anne Simon (CNRS / EHESS, France).

Ce colloque a reçu le soutien de l’Institut Universitaire de France, de l’Université de Rouen, du CRAL (EHESS) et des Archives du féminisme.

Programme

Vendredi 18 septembre 2015

13h30 : Accueil des participant.es
14h00 : Ouverture du colloque par Esteban Buch, directeur du CRAL (EHESS)
14h10 : Introduction du colloque par Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen-IUF) et Audrey Lasserre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, THALIM)
Session 1 : Le Genre des savoirs
Modération : Christine Planté (Université Lumière Lyon 2, LIRE)
14h30 : Christine Detrez (Ens de Lyon), « Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? Le Sexe du savoir, aujourd’hui »
15h00 : Thérèse Courau (Université Toulouse Jean Jaurès, IRIEC/ARPEGE), « Le Sexe du savoir : un programme pour le renouvellement de la pensée du genre en littérature »
15h30 : André Duhamel (Université de Sherbrooke), « Se réorienter dans la pensée et la pédagogie en philosophie »
16h00 : Discussion
16h15 : Pause
Session 2 : Lectures féministes
Modération : Christine Bard (Université d’Angers, GEDI, Archives du féminisme)
16h30 : Adrienne Estrada (Ens de Lyon), « “Douce lectrice et gracieux lecteur, c’est pour votre fille que j’é cris” : penser l’initiation militante à travers l’expérience de lecture chez Michèle Le Dœuff »
17h00 : Audrey Lasserre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, THALIM), « Michèle Le Dœuff et la critique féministe »
17h30 : Discussion
17h45 : Pause
18h00-19h00 : Lecture de Léa Fagnou, dirigée par Raphaëlle Doyon (Université Paris 8)

Samedi 19 septembre 2015

9h00 : Accueil des participant.es
Session 3 : Chemins de traverse de la liberté
Modération : Elizabeth Claire (CNRS, EHESS, CRH/CRAL)
09h15 : Judith Still (University of Nottingham), « Des Lumières – aux droits – de l’homme : hommage à Michèle Le Dœuff »
09h45 : Eva von Redecker (New School, New York), « The Engendering of Female Philosophical Freedom »
10h15 : Pamela Anderson (Oxford University), « Reorienting ourselves in Bergsonian freedom, friendship and feminism »
10h45 : Discussion
11h00 : Pause
Session 4 : De l’écriture, de la philosophie, etc.
Modération : Audrey Lasserre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, THALIM)
11h15 : Marion Carel (EHESS, CRAL), « Dire digressif et digression dite dans l’œuvre de Michèle Le Dœuff »
11h45 : Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen, CÉRÉdI), « L’implication philosophique »
12h15 : Discussion
12h30-14h30 : Déjeuner
Session 5 : In/différence
Modération : Nicole Mosconi (Paris X – Nanterre)
14h30 : Thierry Hoquet (Université Jean Moulin Lyon 3, IUF), « Le cas “Leucippe” : ou comment le sexe d’état-civil oriente la lecture »
15h00 : Florence Lotterie (Université Paris Diderot Paris 7, CERILAC), « Imaginer la différence des sexes : l’apport de Michèle Le Dœuff aux études littéraires à l’âge classique sur le genre »
15h30 : Discussion
15h45 : Pause
16h00-17h30 : Table ronde « Recherches actuelles en philosophie féministe », animée par Anne Simon (CNRS, EHESS, CRAL) : Sylvia Duverger (Université Paris 8-Saint Denis), Stefania Ferrando (IEP Strasbourg, EHESS, LIER), Vanina Mozziconacci (Ens de Lyon, ESPE LNF), Mara Montanaro (Université Paris 8-Saint Denis, LEGS), Eva von Redecker (New School, New York)
17h30 : clôture du colloque